Portrait d’ailleurs et d’ici (1): le cuisinier de Bangkok

1- Le cuisinier de Bangkok

Bangkok . Angle de Sukhumvit et soi (rue) 15. Restaurant Yong Lee.

Le temps s’est figé à la pendule Henri II, au-dessus du placard réfrigéré par Coca Cola.

horloge-henri-ii-yong-lee-sukhumvit-bangkok.1268557258.jpg

L’homme si vieux, sans âge, trottine d’une table à l’autre. C’est lui, le chef. Son oeil fatigué voit tout. Les clients assis se délectant des plats qu’on leur sert. Les plus jeunes, affamés, engloutissent des bols de nouilles qu’ils arrosent de sauce brune. Mais la spécialité de la maison, ce sont les coques. Les coques au poivre et à l’ail, ou cuisinées à la tomate, ou froides, à la mayonnaise. A midi, les cadres des centres commerciaux se retrouvent là, mais aussi les vendeuses, le routard, moi ou n’importe qui.

restaurant-bangkok-sukhumvit-yong-lee.1268557294.jpg

Les murs sont noircis par la fumée du charbon de bois utilisé dans la cuisine adjacente et tapissés d’articles de journaux vantant les mérites du lieu et le talent de son chef. C’est aujourd’hui un très vieil homme, frêle, au visage gris et sévère dont le regard s’attendrit lorsque vous prenez ses deux mains dans les vôtres pour le féliciter. Dans le ballet qu’il exécute autour des tables, de son pas menu et saccadé, il parcourt sans voyager tout l’univers. Son univers. Microcosme d’un monde clos et cependant ouvert sur la rue et le monde.

entree-restaurant-yong-lee-bangkok.1268557210.jpg

Immense savoir-faire d’une cuisine ritualisée. Gestes précis de la découpe du canard. Friture parfaite. Croustillance des petits pâtés à la chair fine, évanescente. Quelques bahts pour ces chefs d’oeuvre intemporels!

restaurateur-yong-lee-bangkok.1268557330.jpg

Photos: G. Serrière

8 commentaires sur “Portrait d’ailleurs et d’ici (1): le cuisinier de Bangkok

  1. ça y est, je l’ai retrouvée, la pendule de ma grand-mère !!! depuis plusieurs années, je me demande où elle est passée ; sans réponse jusqu’à ce jour ! c’est donc à Bangkok qu’elle a atterri ! en ayant, entre temps, perdu les moulures en bois du dessus (les risques du voyage ds le temps, sans doute).
    Sur ce, bonne suite de voyage … gastronomique ! N’oubliez pas de glaner les recettes…

    J'aime

  2. S’il y a une chose qui ne manque pas a Bangkok c’est bien de quoi manger. Toute cette variete de restaurant est bien parce qu’on fini par se lasser de manger Thai tous les jours. La cuisine Thai reste quand meme la cuisine qui se croise le plus souvent a Bangkok. Par choix. Mon plat prefere est certainement le Tom Ghai Khai. Une soupe de poulet avec de la citronelle, quelques legumes dans du lait de coco.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s