« Le roi de Kahel » de Tierno Monémbo, couronné par le Renaudot

roi-de-kahel.1226399793.jpg

Un vent plus léger venu d’ailleurs souffle sur les prix littéraires, cuvée 2008. Soudain, on respire mieux. L’écriture se partage donc! D’un continent à l’autre! D’aucuns parleront d’effet Obama. Comme s’il s’agissait d’un phénomène de mode. Peut-être. Peut-être aussi s’avérait-il imposible de ne pas  reconnaître enfin qu’on écrit en français, quelles que soient les origines de l’auteur, à  Paris et même hors de l’hexagone. Bravo au jury du Renaudot pour ce choix!

A ce sujet, lire dans son intégralité, le bel article de Lisbeth Koutchoumoff, dans « Le temps ». Article référencé en lien ci-dessus à partir du mot « souffle » et dont voici un extrait:

« Depuis 1903, date de remise du premier prix voulu par les frères Goncourt, les écrivains étrangers qui ont pu entrer dans le cercle ne se comptent pas même sur les doigts d’une main. Comme si le concept politique de francophonie, branlante de par ses origines coloniales, marquait de son empreinte souterraine le monde des lettres françaises. Il y a peu encore, lors du Salon du livre 2006 à Paris qui avait pour thème la francophonie, justement, plusieurs écrivains africains, québécois et d’ailleurs encore, s’étonnaient de ne pas se sentir pleinement intégrés à la famille. Comme si les esprits, malgré tous les efforts d’ouverture, ne renonçaient que difficilement à l’idée que la littérature française ne pouvait se façonner pleinement qu’à Paris, ou du moins en France. Les mots, les expressions, les langages nés du frottement à d’autres réalités, lointaines, brassées, mêlées, relevaient d’un ailleurs littéraire qu’il s’agissait de distinguer. Francophone, voilà. »…

tierno.1226398719.jpg

Tierno Monénembo , né en Guinée , a choisi l’exil dès 1969. Il a publié de nombreux romans au Seuil, depuis « Les Crapauds-brousse », qui l’a révélé en 1979, jusqu’à « L’Aîné des orphelins » (2000) et, plus récemment, « Peuls » (2004).

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur

Au début des années 1880, Aimé Victor Olivier, que les Peuls appelleront Yémé et qui deviendra le vicomte de Sanderval , fonde le projet de conquérir à titre personnel le Fouta-Djalon et d’y faire passer une ligne de chemin de fer. On a presque tout oublié de lui aujourd’hui: il fut pourtant un précurseur de la colonisation de l’Afrique de l’Ouest et ses aventures faisaient le régal des gazettes de l’époque. Au cours de ses cinq voyages successifs, Sanderval parvient à gagner la confiance de l’almâmi, le chef suprême de ce royaume théocratique qu’était le pays peul, qui lui donne le plateau de Kahel et l’autorise à battre monnaie à son effigie. De ce personnage haut en couleur, Tierno Monénembo nous offre une foisonnante biographie romancée. L’épopée solitaire d’un homme, Olivier de Sanderval, qui voulut se tailler un royaume au nez et à la barbe de l’administration française… et des Anglais.

case-de-sanderval.1226402502.jpg

 

Profitons du regard porté sur cet écrivain guinéen pour retrouver le talent des peintres de ce pays. J’avais écrit en 2004, un essai sur deux d’entre eux,

L’histoire extraordinaire d’Hibrahima Barry et d’Issiaga Bah,

peintres du Fouta Djallon

Certains éditeurs ont trouvé le projet intéressant, mais ont déploré l’inintérêt du public pour la Guinée !

berger-peul.1226401762.jpg

Si l’un d’entre eux changeait d’avis aujourd’hui, le manuscrit est à leur disposition…

tresses2b1212075762.1226403080.jpg

Photo de Tierno Monémbo empruntée au site de l’AFP

Photo du timbre de la « Case de Sanderval » existant toujours dans les jardins du musée de Conakry. Empruntée à ce site.

Aquarelle d’Ibrahima Barry: Berger peul.

Tableau d’Issiaga Bah: Les tresseuses du Fouta Djallon.

12 commentaires sur “« Le roi de Kahel » de Tierno Monémbo, couronné par le Renaudot

  1. Tous ces prix littéraires qui nous arrivent sur notre table nous imposent un choix difficile. Quel sera le premier auteur parmi ces derniers qui trouvera grâce à nos yeux ? Je me doutais bien que vous marqueriez de votre plume un choix particulier. Dès son arrivée à Montréal, je me hâterai de me procurer un exemplaire de ce Renaudot dont vous avez si bien su nous distiller l’envie de le lire. En terminant, quelle richesse dans ce tableau : Les tresseuses du Fouta Djallon!

    J'aime

  2. en tout cas bravo Chantal pour vos pronostics! avoir ainsi parlé de Atiq Rahimi était vraiment opportun. Quant à Tierno Monémbo, beaucoup de libraires ont du être surpris: j’ai cherché son livre la semaine dernière à la fnac de Grenoble, introuvable!

    J'aime

  3. Cela ne m’étonne guère, Alain. De même, les éditions du Seuil vont devoir se réveiller. Ce matin, en rédigeant ce billet, je voulais renvoyer un lien sur leur site et il n’était pas actualisé. Tierno Monémbo était doublé par Angot en page d’accueil. Je n’ai pas réussi à le trouver. Une telle réactivité augure mal de la rapidité des nouveaux tirages! Comme on est souvent surpris par ce monde de l’édition!
    C’est si agréable, Pierre, de partager avec vous les émotions autour du talent des auteurs écrivant en français autre chose que les émois des cénacles parisiens!

    J'aime

  4. C’est vrai que cette année paraît exceptionnellement riche! D’habitude je me méfie des prix littéraires. Merci de nous en parler… je suis allée aussi dans la galerie Albatique d’art contemporain que vous nous aviez signalée. J’y ai découvert, avec beaucoup de plaisir, certains artistes. Pour ne citer que mes préférés : Papus , Ibrahima Barry, Paco Leon….

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s