La solution: Histoire d’un conscrit de 1813, d’Erckmann Chatrian

D’Emile Erckmann et Alexandre Chatrian, » L’histoire d’un conscrit de 1813« , paraît en 1864. Les auteurs ont connu des témoins des guerres napoléoniennes et leur témoignage est toujours d’un intérêt remarquable. 

Jeandler gagne encore une fois le premier prix! Je me demande parfois si ce n’est pas lui qui me dicte ces évocations  du samedi (totalement à mon insu!)  par télépathie? Pardon Alain, pour le retard. Oui, j’étais en route pour le salon du livre de Colmar où je présentais mon dernier livre « Indigo » et oups! Je me rends compte que je n’ai pas publié l’énigme avant de partir! (je ne la programme plus en avance, je m’embrouille toujours dans les commandes). Je me dis que j’arriverai à le faire depuis le salon. Eh bien non! Pas d’accès public en WIFI. C’est encore une fois, Guy, mon mari, qui s’est rendu au Mac DO!! le plus proche. Eh oui! Chez Mac Do, le WIFI existe! et c’est ainsi que l’énigme a été lancée….en retard! Cherchez la pub subliminale!

Résume: Phalsbourg, 1813. Joseph Bertha est horloger dans son village et s’apprête à épouser Catherine, sa bien-aimée. Mais les événements vont en décider autrement. Pendant l’année 1812, l’empereur Napoléon Ier a envoyé son armée en Russie pour prendre Moscou. Mais à leur arrivée, les soldats français trouvent la ville totalement détruite. Les Russes l’ont brûlée. Les soldats de la Grande Armée sont alors obligés de rebrousser chemin car l’hiver arrive à grands pas. La plupart d’entre eux périssent dans l’aventure. Napoléon se trouve alors dans la nécessité de reconstituer une armée. Il organise donc une conscription qui transforme Joseph en soldat bien qu’il soit un peu boiteux. Il doit quitter Catherine et ses amis de Phalsbourg pour partir à la guerre. Après quelques entraînements rapides, Joseph et ses nouveaux amis sont envoyés sur le front et découvrent l’horreur de la guerre. Malgré son handicap, qui le désavantage beaucoup par rapport aux autres soldats, il tient bon et suit la cadence. Après quelques batailles, Joseph perd certains de ses amis avant d’être lui aussi légèrement blessé…

Texte du résumé emprunté ici.

Merci à JEA pour l’extrait et son bel article sur Danielle Mitterrand et à Zoe, Miriam et les autres pour leur participation amicale.

5 commentaires sur “La solution: Histoire d’un conscrit de 1813, d’Erckmann Chatrian

  1. Oui, dans Indigo, (indicum) il y a Inde parce que la plante et son exploitation pour en faire de la teinture se trouvait généralement en Inde. Mais je dis généralement car l’indigotier pousse en de nombreux autres lieux, en Afrique, par exemple, et particulièrement dans le Fouta Djalon (c’est ce dont je parle dans mon livre), mais aussi en Europe, dans la région de Toulouse et même en Alsace. On sait tout cela en lisant le livre.

    J'aime

  2. Au cours complémentaire de la rue Saint Ferdinand à Paris, dans les années 50, le prof de français (M. Lenaellec) avait constitué une bibliothèque. « Le conscrit de 1813 » était un des livres les plus demandés. Je garde le souvenir de la vie pathétique du jeune héros, et de la description des terribles batailles où revenait en leit-motiv l’ordre impitoyable : « serrez les rangs »,au rythme des ravages causés par les boulets et la mitraille. Un de mes premiers émois littéraires.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s