La solution: « Le Prince », de Machiavel

Plus que jamais d’actualité, les conseils de tous bords donnés aux »impétrants », futurs dirigeants des nations ou aux princes déjà consacrés, s’incarnent dans la comédie du pouvoir jouée par les bons ou piètres acteurs de nos démocraties érigées en modèle.

Allégorie de la simulation Lorenzo Lippi, vers 1640

« Le prince » de Machiavel, ne reste-t-il pas, à cet égard, indémodable? Traité politique écrit au début du XVI° siècle à l’intention de Laurent le magnifique,

Laurent le Magnifique enfant, détail d’une fresque de la Cappella dei Magi, Palazzo Medici Riccardi, Florence.

il offre des réponses à la lancinante question que se posent depuis toujours les hommes politiques et qui n’est nullement comment bien user du pouvoir selon des critères moraux,  mais « comment obtenir le pouvoir et le conserver ? » En s’éloignant des conseils habituels s’appuyant sur les vertus chrétiennes qui caractérisaient les précédents traité destinés au rois, l’ouvrage fut vite catalogué comme contraire aux bonne moeurs.

Souvent taxé d’immoralisme, il est à l’origine de l’adjectif « machiavélique ». Cependant « l’ouvrage obtint une diffusion considérable à travers toute l’Europe et contribua à établir les malentendus durables sur l’œuvre de Machiavel et ses interprétations. Comme si la révélation publique des ressorts du pouvoir rendait Machiavel responsable de sa corruption et des moyens de tous temps employés pour le conserver. »

D’après Wikipedia.

La phrase écrite en gras, qui est celle formulée dans l’énigme d’hier, permettait évidemment de retrouver l’auteur et l’ouvrage indiqué. Je rappelle qu’il ne faut pas être érudit pour trouver la solution des évocations proposées le samedi sur ce blog.

L’image de l’allégorie de la simulation est empruntée ici. On peut y lire le commentaire suivant:

« Ce portait d’une jeune femme tenant d’une main un masque et de l’autre une grenade ouverte est une allégorie peu commune car ces deux attributs ne sont jamais associés. Le masque est l’emblème du théâtre, de l’imitation, mais aussi de la fausseté, du mensonge et de la dissimulation. La grenade, dont l’écorce renferme de nombreux petits grains, évoque l’unité, voire la démocratie, mais aussi la fausse apparence car elle réserve parfois des surprises une fois ouverte.
Les deux symboles associés pourraient signifier la simulation, idée présente à la fois dans le masque et dans la grenade. La femme les montre dans un geste de balancement. Le thème de l’actrice ou de la courtisane s’y ajouteraient.« 

3 commentaires sur “La solution: « Le Prince », de Machiavel

  1. Oui, mais à part celle du titre, je ne vois aucune « phrase écrite en gras » permettant « évidemment de retrouver l’auteur et l’ouvrage indiqué »… Sinon, cela aurait été plus facile !

    D’autant que Machiavel est toujours d’actualité (merci pour la belle « simulation Lorenzo Lippi).

    J'aime

  2. La phrase se trouve sous la reproduction du livre. Les termes « diffusion considérable à travers toute l’Europe » ou « malentendus durables sur l’oeuvre et l’interprétation » inscrit dans le libellé de l’énigme étaient les clés du pianotage sur google, conduisant à Machiavel et à son « Prince ».
    Merci à tous. Bien contente d’avoir gagné à mon tour!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s