Dans un Niger affligé, Monsieur Poulet n’a plus le coeur à rire…

Ce ne fut jamais un pays à la gaîté bruyante, comme le sont ceux de la côte ou le vaste Congo. Plutôt un pays grave où le silence est d’or. Splendide, immense, riche de traditions permettant la survie dans des conditions extrêmes. Celles du désert, bien sûr, mais aussi, celles des villes écrasées de chaleur immobile. Niamey . Agadez. Zinder. Tillabéry. Ouallam.

niamey.1294662474.jpg

Ouallam tirée de sa torpeur anonyme par l’actualité terrifiante. Fusillade. Mort de deux jeunes otages français . Rakia, la petite fiancée de Niamey, déjà veuve avant son mariage.  Un scénario pour réalisateur en mal d’inspiration? Mais non, c’est la guerre, puisqu’il faut bien l’appeler par son nom! La guerre sans merci entre les croisés intégristes d’une religion déformée devenue la terreur du monde et le reste du monde justement, si sûr de ses droits absolus dans la prédation des richesses et des pouvoirs.

Et au milieu, les petites gens de la vie ordinaire…

bilal.1294658817.jpg

C’est la guerre, oui. Bien étrange de la découvrir à quelques portails de la maison que nous avons occupée pendant notre séjour de 8 ans au Niger! Le restaurant « Le Toulousain », à l’angle de « Maurice Delens » n’existait pas en 96, lorsque nous avons quitté le pays. Mais la palme de bougainvilliers aperçue sur la photos de l’AFP, se balançait, identique, au-dessus des murs ocres.

toulousain1.1294664360.jpg

 

Le Niger. C’était alors un pays grave et calme, frémissant d’une liberté légère après la longue férule de Seyni Kountché et l’espoir déçu des redistributions attendues grâce à l’exploitation de l’uranium. Prémisses d’agitation aux portes du désert. Le charismatique Mano Dayak défendait la cause touarègue. Les hommes bleus installés à Niamey, fabriquaient sous nos yeux des bijoux d’ambre serti d’argent. Ils nous invitaient à nous asseoir dans le sable avec eux et nous offraient les trois thés à la menthe traditionnels.

mano.1294659185.jpg

C’était un pays sûr et ouvert à l’étranger. Les fêtes musulmanes et chétiennes se partageaient. J’ai donné des cours de bûche au chocolat à mes collègues du ministère de l’éducation!! Elles en raffolaient. Lors de la Tabaski, nous étions invités à déguster le mouton farci (il n’en existe pas de meilleur au monde) avec les familles nigériennes.  Le monde n’était pas idyllique. La pauvreté régnait. La débrouille, que les bâilleurs de fonds avaient baptisé « secteur informel », cherchant à le chiffrer, le circonscrire, l’endiguer, la débrouille permettait la survie de toute une population.

index.1294661250.jpg

image empruntée ici

Le film de Jean Rouch « Cocorico, Monsieur Poulet « , qui est plus un documentaire qu’une  fiction, traduit bien cette réalité.

cocorico0.1294661421.jpg

Tout va mal, la 2 CV du marchand de poulets  tombe en pièce, les poulets bicyclette sont introuvables, les filles un peu sorcières hantent les chemins, tout va mal, mais tout se résout. L’invention du quotidien est un art consommé chez les peuples du Sahel. Et le rire, avant d’être le propre de tous les hommes, est certainement leur bien propre qui permet aux plus démunis, quoi qu’il en soit, de marcher en hommes libres .

En ces sombres et tristes jours de deuil, espérons que le rire brisé de Monsieur Poulet ne le sera pas à jamais.

5 commentaires sur “Dans un Niger affligé, Monsieur Poulet n’a plus le coeur à rire…

  1. Non, elles ne se fermeront pas.
    Elles dviendront de plus en plus ouvertes, moins frappées par la pauvreté (Le Niger vient de connaître 3 années de famine extrême), le sous-sol sera certainement moins exploité, les populations respectées et bénéficiaires d’un progrès qui leur permettra de subsister dignement sans choisir les chemins de fortune du vol et des prises d’otages. Les femmes et les hommes de ce pays pourront enfin retrouver ce sourire éclatant que j’aime tant…
    lorsqu’Areva et les autres compagnies françaises retireront leur main de fer de l’uranium et des minerais nigériens, et avec, l’espoir d’un développement indépendant qui profite à tous et à toutes.
    Nous le savons tous sans vouloir nous l’avouer : Al Qaïda n’éxiste pas… et surtout pas là.
    Bonne année 2011 et longue vie à tous les nigériens,
    Franck JUIN

    J'aime

  2. Comme on aimerait partager l’optimisme de Frank Juin! Malheureusement, les choses n’iront pas aussi bien, les puissances s’accrocheront à leurs richesses, et les pays du sahel s’enfonceront… J’ai bien peur que le temps décrit par Chantal (et que j’ai connu aussi, mais dans le Sud Algérien) soit à jamais révolu.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s