Salzbourg, festival 2008: côté rue…

L’écriture musicale de l’enfant prodige , cet enfant du pays que sa ville natale n’en finit pas d’honorer (et pour cause), cette écriture-là, qui, malgré nombre d’exégèses savantes, continue à garder son mystère, tient le haut de l’affiche et fait rêver le quidam en tenue estivale…

blog-salzburg-affiche.1217321156.jpg

Ah! pardon! Vous rêviez devant l’affiche de Don Juan…La voici.

blog-salzburg-affiche3.1217321247.jpg

Mais pourrez-vous entrer dans le palais des fêtes ? Côté rue, les « petites mains » s’activent et vous déroulent le tapis rouge.

blog-salzburg-coulisses.1217321629.jpg

Trop tard, trop cher, trop tout. Vous ne pourrez pas entrer. D’ailleurs avez-vous la tenue adéquate? Un carrosse pour vous attendre? Si votre citrouille habituelle n’est pas admise devant le parvis de ce haut lieu musical, si elle est en panne ou refuse de se transformer à la sortie du bal, n’hésitez pas, sautez dans ces limousines dernier cri et vous aurez en prime un chauffeur, jeune et bien fait, vêtu d’une livrée blanche.

blog-salzburg-voitures.1217323121.jpg

Tout à parier qu’il s’agit de princes déguisés en cocher. Alors, méfiez-vous et si vous comptez en épouser un, ajustez bien votre comportement lorsqu’il vous demandera de formuler trois souhaits. Attention à ne pas vous retrouver, par nostalgie du passé, dans un de ces fiacres si prisés des touristes en mal de concerts. Vous risqueriez de tourner pour l’éternité au coeur des ruelles d’une ville étranglée, devenue ghetto, tandis que déambulent à l’entour, dans leurs atours du dimanche, de richissimes somnambules…

blog-cheval-salzburg.1217323052.jpg

Nous parlions bien de « La ville dont le prince est un enfant » . Salzbourg . Côté rue.

Mais chacun sait bien que Mozart a depuis longtemps pris la poudre d’escampette…Reste le mystère…A quelques lieues de la ville étranglée, la lumière des lacs cernés d’ombres bleues…

5 commentaires sur “Salzbourg, festival 2008: côté rue…

  1. Il est vrai que l’uniformité grise de ces voitures, presque militaire, dénote face à l’inventivité du régional de l’étape (mais Karajan aurait peut-être aimé?)
    Si le projet d’un voyage prenait forme, nous retiendrions donc en priorité « la lumière des lacs cernés d’ombres bleues… »

    J'aime

  2. beau reportage. ça me rappelle des souvenirs, y être venu avec nos enfants quand ils avaient entre 4 et 6 ans… les petits enfants non plus ne sont pas très bien vus dans ces lieux de marbre! (bing, coup de halebarde sur la tête d’Elsa – 6 ans – parce que trop agitée….)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s