Ecrire ou peindre le « sauvage »: l’autre comme un miroir

…Ce petit enfant qui m’étudiait à mon insu

et s’enfuit quand mon regard rencontra le sien…

Comme eux pour moi, j’étais pour eux un sujet d’observation,noanoa_3.1202293874.jpg

l’inconnu, celui qui ne sait ni la langue, ni les usages,

ni même l’industrie la plus initiale, la plus naturelle de la vie.

Comme eux pour moi, j’étais pour eux le « sauvage ».

Paul Gauguin, Noa Noa, 1898

gauguinarearea.1202293824.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s