La fragilité des sociétés humaines, l’indicible cruauté dans « Sa majesté des mouches » de William Golding

Eh bien oui. Nathalie a trouvé immédiatement.

l’énigme de ce samedi évoquait bien « Sa Majesté des Mouches  » sa-majeste.1201949170.gif

Simple, en effet. Encore fallait-il y penser. Bravo Nathalie.

Petit rappel:

William Golding est né en 1911 en Grande Bretagne. Il a obtenu le prix Nobel de Littérature en 1983.« Lord of the flies« ( « Sa Majesté des Mouches« ) est son premier roman (1954) et son livre le plus connu. Il meurt en 1993.

Curieux classement que celui opéré en France où ce livre fait partie des livres pour enfants! Peut-être et même sûrement parce que les acteurs de l’histoire sont des enfants! Donc une oeuvre pas vraiment sérieuse!!!

sacrifice.1201948916.jpg

Wikipedia résume ainsi:

Rescapés d’un crash aérien dans lequel aucun adulte n’a survécu, ils sont livrés à eux-mêmes « dans une nature sauvage et paradisiaque. Ils tentent alors de s’organiser en reproduisant les schémas sociaux qui leur ont été inculqués. Mais bien vite le vernis craque, la fragile société vole en éclats et laisse peu à peu la place à une organisation tribale sauvage et violente bâtie autour d’un chef charismatique et d’une religion rudimentaire.Sacrifices humains, chasse à l’homme, guerres sanglantes : la civilisation disparaît au profit d’un retour à un état proche de l’animal que les enfants les plus fragiles ou les plus raisonnables paient de leur vie. »

Allez savoir pourquoi ce thème de la fragilité des civilisations, cette vision éthologique des rapports humains ont surgi sans crier gare, en ce samedi matin tranquille de fin de soldes sous ma fenêtre!

5 commentaires sur “La fragilité des sociétés humaines, l’indicible cruauté dans « Sa majesté des mouches » de William Golding

  1. Du même auteur: « Rites de passage » une traversée à bord d’un grand voilier en route vers l’Australie , qui conte, à travers le journal d’un passager, les mésaventures d’un révérend dont le destin s’accomplit au cours de la traversée.

    J'aime

  2. Fragilité aussi de l’intellect, car il me semble me souvenir que l’intelligence n’aide pas beaucoup à la survie dans cette île, et que seule la force bestiale et primitive est utile.
    Brrrr !
    Bravo à Nathalie en tout cas !
    Kiki 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s