La solution: Le pays où l’on n’arrive jamais

Peut-on réellement vivre sans l’espoir d’une rive hospitalière, comme celle de ce « Pays où l’on n’arrive jamais« , couronné en 1955 par le  prix Fémina?

Son auteur, André Dhôtel, a créé « une œuvre abondante et singulière, où s’exprime un merveilleux proche du quotidien » (on reconnaîtra ici la phrase de l’énigme permettant de conduire à la solution). Il sera comblé d’honneur avec la reconnaissance apportée par le prix de littérature de l’Académie française en 1974 et le grand prix national des lettres en 1975.

Le titre de l’ouvrage possède une résonance particulière. Univers de Lewis Caroll ou évocation du syndrome de Peter Pan, monde des rêves revisités par Freud ou terre fantasmée de l’Occident regorgeant de richesse aux yeux des plus démunis de la planète…

le livre devint curieusement un classique pour la jeunesse. Il est vrai que l’intrigue met en scène un enfant.

« La vie routinière et sage de Lominval, petit village des Ardennes entouré de forêts, aurait dû mettre Gaspard, fils de forain, à l’écart de toute vie aventureuse. Mais un regard échangé avec un enfant fugitif qu’on arrête, qu’on enferme et qu’il aide à s’évader, va changer sa vie. Comme tout est mystère, Gaspard part seul à sa recherche, à travers les pays inconnus. »

texte du résumé emprunté ici

 


2 commentaires sur “La solution: Le pays où l’on n’arrive jamais

  1. André Dhôtel :

    – « En vérité il n’était pas question de bonheur ni de malheur, mais de passer comme passent les mouches, les oiseaux ou les crapauds. Pas inutilement. Cela demeurait très nécessaire pour la figuration du monde. Il ne fallait pas mépriser les plus simples démarches. »

    Simple remarque non agressive : l’illustration de la question se révèle plus de nature à faire perdre le nord qu’à se remémorer un écrivain ardennais ayant sauté allègrement par-dessus les limites régionales…

    J'aime

    1. Oui, c’est exactement cela. C’est la règle de ce petit jeu du week end commencé il y a déjà longtemps. L’illustration est souvent là pour égarer le joueur (ce n’est pas gentil, j’en conviens), mais à la longue, la référence implicite était souvent déjouée par les habitués.
      Merci pour votre participation et votre blog.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s