Sédentaires et nomades, « du mythe réel aux réalités présentes »….

« Au XIV° siècle avant notre ère, le gouverneur de Byblos  (ville de Mésopotamie  dans l’actuel Liban, datant de 5000 à 7000 avant J.C.) envoie une lettre à Pharaon, son maître:  » Sache, Monseigneur le Roi, que si tout va bien en la cité de Byblos, fidèle servante du Roi, la pression des « Brigands-Vagabonds » contre moi se fait de plus en plus forte ».

Ainsi raconte Edmond Bernus, dans  sa conclusion « Les pasteurs nomades africains, du mythe éternel aux réalités présentes ».

touareg.1282208624.jpg

De la Mésopotamie d’hier à la Palestine d’aujourd’hui, des déserts sub-sahéliens aux confins est de l’Europe, nomades et sédentaires se sont presque toujours regardés en chien de faïence. Les faits sont entérinés depuis la nuit des temps. Ici, les pasteurs et leurs troupeaux violent les terres des agriculteurs, ailleurs, les misères ou la guerre  mettent sur les routes des populations dont la rapine devient moyen de survie. Rien de plus dérangeant que l’éphémère pour ceux dont les racines légitiment le droit à une présence permanente.

terre.1282212083.jpg

L‘histoire des Roms modernes ne fut pas toujours celle de la vindicte des enracinés. On nous dit qu’autrefois,  dans un lointain Moyen-Age, les princes  s’accommodaient fort bien de leur passage sur leurs terres. D’abord, venus d’ailleurs, ils contaient des légendes, ensuite, ayant apprivoisé leurs lendemains incertains, chassés qu’ils étaient des lieux de leur naissance, l’Inde, où se partage leur langue commune, ils prédisaient l’avenir,

bonne-aventure.1282213159.jpg

jouaient d’instruments inconnus et inventaient la danse. Mais surtout, les hommes fournissaient de valeureux guerriers toujours prêts à se louer dans l’armée qui les enrôlait.

Les temps changent. Le discrédit s’installe. L’étranger fait peur, qui plus est, vagabond. La misère roumaine étalée dans nos villes devient insoutenable.  Femmes accroupies à nos portes, un enfant pâle sur les genoux. Tous les gens du voyage ne se ressemblent pas. L’amalgame crée la révolte chez les gens du voyage eux-mêmes…

suisse-geneve-mendiants-roms-1.1282212238.jpg

Il faudrait tant et tant de respect au lieu de discours hérissant les communautés les unes contre les autres, d’approches culturelles fines, de consensus interfrontières, de volonté d’accueil, de reconnaissance de part et d’autre, de décisions intergouvernementales, bref, il faudrait l’impossible, l’utopie de nos naïvetés jointes, pour que les mythes enfin se dévoilent et que les malédictions  soient levées.

Photos empruntées ici .

vincent_van_gogh-_the_caravans_-_gypsy_camp_near_arles.1282212933.JPG

6 commentaires sur “Sédentaires et nomades, « du mythe réel aux réalités présentes »….

  1. Que pensez-vous Alain, des hommes qui nous gouvernaient en 1936 (en France) et qui ont accueilli les refugiés venant d’Espagne sur la plage d’Argelès et se sont empressés de mettre ensuuite les malheureux dans des camps de concentration.! Pour raffraichir nos mémoires on peut consulter sur internet « Josep Baroli » ainsi que Georges Bartoli.
    Mes pensées sont aujourd’hui, pour A.MACHADO, poète mort de froid, de faim et de désespoir à Collioure
    Maria

    J'aime

  2. Ceci n’excuse nullement cela. Mais il faut être rigoureux avec l’histoire, comme avec les mots. Depuis la période nazie, il est insoutenable d’appliquer le terme de « concentration » aux camps dont vous parlez. Le sinistre camp d’internement d’Argelès a été créé en février 1939 (et non pas en 1936), à l’usage des réfugiés espagnols fuyant les exactions de la droite fasciste de leur pays.
    Quelques films et écrits commencent à présent à mettre à jour l’intolérable souffrance de ces réfugiés.
    On aurait pu penser que la mémoire collective et la sagesse d’une démocratie permettraient prudence et vigilance, de façon à ne pas doter le pays de dirigeants capables d’inventer pire…

    J'aime

  3. La haine – ou la « révision » – de l’Histoire (sa disparition programmée dans certaines classes de lycée en France) explique en partie la politique actuelle.

    Quand un président de la République clame un discours sur Guy Môquet en occultant le fait qu’il était membre du parti communiste, on peut s’attendre à tout par la suite.

    Mais attention à tout parallèle avec telle ou telle période historique : cela tombe désormais – pour les internautes – sous le coup de la loi !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s