L’énigme de ce samedi: évocation iconoclaste d’une résurrection sans ascension

Les temps s’y prêtent.

Parlons de résurrection

et d’ascension.

Celui-là rescucita

ascension.1242972547.jpg

par la grâce de son créateur

cédant à la pression de ses adorateurs…

trois ans après sa chute fatale.

Ce personnage vénéré

qu’on ne vit point monter aux cieux

mais rester à jamais couché sur le papier

sut résoudre l’impossible

au commun des mortels.

Qui est -il?

Qui est son créateur

dont l’écriture se transmet encore à travers l’espace et le temps?

Tableau emprunté aux « Très riches heures du Duc de Berry »

8 commentaires sur “L’énigme de ce samedi: évocation iconoclaste d’une résurrection sans ascension

  1. Oui, c’est Holmes et Conan Doyle ( un écossais; il est né à Edimbourg). Cette précision pour satisfaire ma préoccupation littéraire actuelle.

    Voir ce passage extrait d’un article d’ encyclopédia Sherlock Holmes que je viens de consulter :

    « En janvier 1891, découvrant le premier numéro du Strand Magazine, il (Doyle) se décide à écrire et à lui proposer de nouvelles aventures du détective, notamment Un Scandale en Bohême et La Ligue des rouquins. La première nouvelle paraît dans le numéro de juillet.Il fournit cinq autres nouvelles puis renouvelle son contrat pour six enquêtes supplémentaires au rythme d’une par mois (3). Le succès est foudroyant. Il abandonne la médecine et se consacre désormais entièrement à l’écriture. Néanmoins, il souhaite que son nom demeure associé à des oeuvres plus littéraires et dès novembre 1891, il écrit à sa mère : « J’envisage de tuer Holmes dans la sixième aventure. Il m’empêche de penser à des choses meilleures. » Mme Doyle se met alors en peine de lui trouver des intrigues (4) et grâce à ses supplications, Sherlock Holmes obtient un sursis.

    J'aime

  2. Cela doit être tentant de tuer un personnage imaginé qui prend autant de place, peut être même au détriment de son auteur. Ca doit être une sacré expérience déroutante que de se retrouver confronté à cela! pourtant Doyle a choisi Holmes…. quelque chose a fait qu’il ne se contente pas d’avoir rencontré quelque succés et d’assumer la déception de son public en laissant son personnage reposer en paix…. Holmes est revenu probablement parce Doyle courait après quelque chose? Ou était ce l’émergence de ce que nous fait vivre le cinéma en recyclant les héros des films qui ont bien marchés?
    Ceci dit le cinéma finit par tomber dans la médiocrité à trop vouloir en faire, Doyle avait peut être trouvé SON personnage parce que malgré tout malgré la réccurence, ces histoires restent plaisantes et qu’au fil du temps, on ne l’oublie pas.
    Moi même qui n’est pas une grande culture livresque, j’ai reconnu d’abord le personnage qui résoud l’impossible! Tranche de culture populaire sans nul doute. Des expressions qui sont entrées dans le langage courant « élémentaire mon cher! ».
    Je pars en recherche de renseignements complémentaires « je fais mon Colombo », je trouve les solutions « appelez moi Sherlock! »
    J’ai toujours trouvé amusant la description faite de cet Holmes égoïste, logique froide, vivant dans un monde artificiel, un seul ami… Le personnage est beaucoup détaillé mais c’est à peine si l’on parle de son auteur. Cela a de fascinant de voir combien le personnage fictif a dépassé l’auteur dans la mémoire.

    Si une autre littérature taraudait Doyle alors qu’on ne retenait de lui que cet Holmes, cela n’a pas été facile à vivre tous les jours!!! Qui est le plus fictif des deux, l’auteur ou le personnage!?

    J'aime

  3. Le fameux « Elémentaire » n’a jamais été prononcé par l’illustre détective, mais « vu au cinéma » ou à la télé je ne sais plus…
    Je viens de me souvenir d’être tombée récemment une série tv anglaise assez finaude : on y voyait Doyle, étudiant en médecine, admiratif des techniques développées par un de ses professeurs, un homme assez atypique à l’intelligence brillante. On suivait les problèmes que devait résoudre ce professeur Blurp (en fait j’ai oublié son nom), en sachant qu’il serait plus tard le modèle de l’étudiant devenu écrivain.

    J'aime

  4. à Bénédicte

    Bonjour.

    Au musée Sherlock Holmes de Londres, on trouve un classeur contenant des (vrais) courriers adressés au détective. Un Londonien signale qu’il voit Moriarty chaque matin en prenant le bus pour aller travailler. Si vous êtes à la chasse du méchant professeur, faites le moi savoir ; je pourrai peut-être encore retrouver le n° de la ligne de bus lors d’un prochain séjour à Londres.

    Cordialement.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s