La solution: Le Clézio, riverain de la langue française

leclezio.1221726874.jpg

« Pour moi qui suis un îlien, quelqu’un d’un bord de mer qui regarde passer les cargos, qui traîne les pieds sur les ports, comme un homme qui marche le long d’un boulevard et qui ne peut être ni d’un quartier ni d’une ville, mais de tous les quartiers et de toutes les villes, la langue française est mon seul pays, le seul lieu où j’habite. »

Le prix Renaudot en 1963 l’a rendu célèbre en le récompensant pour « Le procès-verbal » . Il a 23 ans. Son talent précoce joint à son physique de jeune premier le propulsent au devant de la scène médiatique. Il s’en affranchit très vite.

Né en 1940, à Nice,  il est le descendant, par sa mère, d’une famille bretonne émigrée à l’île Maurice au XVIII° siècle. Il  ne rencontre son père, médecin anglais en poste au Nigéria, qu’à l’âge de 8 ans! Ce voyage initiatique le menant jusqu’à son père lui inspire « l’Africain » .

« Nous sommes en 1948. Il a huit ans. Avec sa mère et son frère, il quitte Nice pour rejoindre son père qui est médecin au Nigéria et qui y est resté pendant tout le temps de la guerre, loin de sa femme qu’il aime et de ses deux enfants qu’il n’a pas vu grandir.
La puissance et la beauté de ce livre réside justement dans la simultanéité de ces deux rencontres : l’Afrique et le père. Comme deux pays rêvés, attendus, espérés… »

Le Clézio est l’écrivain de la découverte de l’autre, des cultures du monde et du voyage….loin, loin, très loin des paillettes et du strass d’une société littéraire branchée.

En 1980, le prix Paul Morand décerné par l’Académie française  le récompense pour son livre « Désert » et l’ensemble de son oeuvre .

A lire ou relire pour aller au-delà de cette évocation bien trop sommaire:

desert.1221729064.jpg

6 commentaires sur “La solution: Le Clézio, riverain de la langue française

  1. Alors c’était lui! (dit-il « après la bagarre »). Je me souviens effectivement que beaucoup lisaient ce livre à partir de sa « belle gueule ». Ils lisaient aussi, à la même époque, Le loup des steppes, de Hesse. On aimait bien les héros tortueux…

    J'aime

  2. alors, j’ai GAGNE!
    il faut dire que je me tenais en embuscade depuis longtemps, attendant patiemment que Chantal nous envoie une devinette dont la réponse serait « évidemment Le Clézio », d’ailleurs dans cette (assez mauvaise) nouvelle que j’avais écrite sur mon blog l’an dernier, je parodiais gentiment Chantal l’imaginant déjà nous posant cette devinette:
    http://alainlecomte.blog.lemonde.fr/2007/08/08/feuilleton-deuxieme-episode/
    Je suis l’oeuvre de JMGLC depuis le début quand j’avais dans les 17 ans, le Procès-Verbal fut comme un coup de tonnerre dans la littérature française, et depuis JMG s’est révélé être sans doute le plus grand écrivain français vivant. La seule chose que je lui reprocherai un peu (cf cet épisode de ma nouvelle) c’est… un certain manque d’humour.
    Jeune premier? oui, sans doute… lui et Annie Ernaux auraient fait un beau couple! 🙂
    Bon, ceci dit, qu’est-ce qu’on gagne? c’est l’éternelle question…
    moi je suggèrerais qu’au bout de trois victoires (je dois en être là) on gagne quelque chose, je sais pas quoi… allez :
    un BON pour une rencontre gratuite (je tiens à « gratuite »!) avec Chantal Serrière, EN VRAI!

    J'aime

  3. Super! Mais quelle bonne idée, Alain!
    Je serai à Singapour à la fin de l’année. Dans l’île de Java en janvier…Malheureusement je n’ai pas les moyens d’offrir les billets aux triplés gagnants.
    Donc il faut peut-être viser…pourquoi pas Lure…Grenoble…Strasbourg… ou Clairvaux-les-lacs…ou…?
    Eh oui, c’était lui, cher Dom.A, dit-elle en ouvrant les rideaux…(qui cachaient la solution)…le voilà!

    J'aime

  4. Que de choses a lire et a apprendre .( sur ce blog) . la rentree a eu lieu a ce que je vois …et je suis deja tres en retard …
    Je viens juste de lire tous les postes et tous les commentaires – ca y est j ai rattrape .. mais je me sens vraiment a l autre bout du monde et de vos connaissances … Je vais donc m appliquer .
    Merci a tous pour aiguiller ma curiosite …
    Amities du fin fond du monde

    J'aime

  5. Quel plaisir de retrouver Elisabeth! Pas si loin de notre agitation à en lire le blog Amuse-gueule (voir blog roll). Il se passe toujours quelque chose de passionnant à Auckland!
    Paris-Strasbourg…tout un programme de découverte des blogs amis!
    Mais quel trac! Passer de la virtualité à la vraie vie, c’est possible?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s