La solution de l’énigme: Jean-Charles Pellerin crée l’image d’Epinal

C’est vrai, l’énigme était un plus difficile cette fois. Pardon. Mais sinon Posuto trouve la solution avant-même sa publication! Et cette fois encore en nous renvoyant sur le très beau blog de Tilu, « un jour et pas l’autre  » (oui, moi aussi je vous recommande la visite, allez y très vite), cela a bien failli se produire.

Eh oui, j’ai osé jouer avec le nom du créateur de l’image d’Epinal.

image-depinal.1189248500.jpg

Quel pélerinage est plus célèbre que celui de Compostelle? Nous disons donc… un pèlerin lorrain créateur d’une oeuvre colorée?…Et bien, pour trouver, il fallait oser faire des fautes d’orthographe. Parfaitement. Pour une fois, les cancres de la discipline ne seraient pas pénalisés! Pellerin lorrain, donc….!!!! Et hop, vous trouviez. Jean-Charles Pellerin (1756-1836), est l’inventeur de l’image d’Epinal.

Mais, c’est promis, je ne le ferai plus!

Une image d’Épinal est une estampe au sujet populaire et de couleurs vives. Vendues autrefois par des colporteurs, les images d’Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d’image, et qui habitait la ville d’Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l’histoire, des batailles, des uniformes militaires, ou bien sont tirés de romans à succès.

epinal-imagenapoleon.1188835810.jpg

Elle prend ses origines dans l’imagerie, art populaire né au XV° siècle surtout destiné au public illettré des campagnes.

À l’origine l’image est gravée sur une planche de bois et l’impression s’effectue à l’aide d’une presse à bras qui est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs.

panneau-depinal.1188835912.jpg

Panneau indiquant l’imprimerie à Epinal.

Billet et illustrations réalisés à partir de l’article de Wikipedia.

9 commentaires sur “La solution de l’énigme: Jean-Charles Pellerin crée l’image d’Epinal

  1. Quelle jouissance intellectuelle (n’ayons pas peur des mots) à découvrir la solution de ces énigmes, la subtilité de leur contenu (et donc de leur auteure) sont d’un grand réconfort pour l’esprit.

    J'aime

  2. Oui, mais Totem vous êtes un fayot !Qui plus est, et je cite textuellement ce billet « il fallait oser faire des fautes d’orthographe »… Mais où va-t-on ?!? C’est la mort de l’élitisme outrancier, ce blog. Cette pente est dangereuse, elle mène à une meilleure répartition des savoirs et, par effet tache d’huile, des richesses ! On file tout droit vers plus de démocratie ! Damnation.
    Sinon, et sérieusement, ça me rappelle Histoire de Tönle de Mario Rigoni Stern, l’histoire d’un homme qui pour échapper à la police (pour une bêtise) va traverser les frontières italiennes, allemandes, suisses, russes en colportant des images pieuses ou populaires. C’est très court et prenant.
    Enfin, samedi prochain, on rempile !
    Kiki 🙂

    J'aime

  3. Inconnu au bataillon ce JCP, ni d’Adam, ni d’Eve, au moins, grâce à ce blog, je me coucherai moins bête que je ne me suis levée.
    Je passe sur l’apologie des fautes d’orthographe – la rentrée rendrait-elle Chantal frondeuse? – mais m’insurge contre sa fourberie, je croyais qu’il fallait chercher un écrivain.
    Bon, soit, écrivain ou pas, je n’aurais pas trouvé mais tout de même.
    Diable, la rentrée 2007 s’annonce corsée, il va falloir se creuser les méninges si nous voulons être à la hauteur des énigmes malicieuses et subtiles de Chantal!

    J'aime

  4. Pareil pour moi, il semble bien que j’irai au lit moins ignorant ce soir. J’ai toujours pensé que les images d’Épinal étaient des illustrations dans lesquelles des objets divers étaient dissimulés et que le jeu consistait à les retrouver…

    J'aime

  5. Oh La la. C’est trop d’honneur! C’est vous tous, les savants de ces rencontres, vous tous qui faites exister l’énigme et qui nous faites partager des suggestions toutes plus subtiles les unes que les autres.
    Mais bien sûr, Nathalie, la fronde gronde!!
    L’orthographe, c’est passionnant, certes, mais ça n’a rien à voir avec l’écriture elle-même
    ou la créativité de ceux qui créent des typographies nouvelles
    ou inventent la bande dessinée, comme Pellerin à travers l’image d’Epinal.
    En tout cas, Kbindallas (Paris texas) a raison, beaucoup d’images d’Epinal ont existé sous forme de devinettes cachant des formes dans l’illustration.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s